Virtus Patrimoine : promoteur immobilier, spécialisé dans la réhabilitation en coeur de ville
Contactez Virtus Patrimoine, promoteur immobilier en Normandie Contact
Les trois clefs pour une maison bioclimatique

Les trois clefs pour une maison bioclimatique

Le secteur du bâtiment représente 44% de l'énergie consommée en France. Chauffage, eau chaude, climatisation, éclairage: tout doit être passé au crible. Les besoins peuvent déjà être considérablement réduits avec un projet bien pensé: bioclimatique.

Les maisons des siècles passés étaient bioclimatiques. Chaque construction était bien pensée pour n'être pas trop froide l'hiver et un peu fraiche l'été. Après-guerre, tout s'est construit très rapidement. La facilité d'accès aux réseaux d'eau et l'electricité n'a pas non plus favorisé une vraie réflexion thermique en amont, sur chaque projet de bâtiment.

 

Une maison bioclimatique, mais de quoi parle-t-on?

On parle de bâtiment bioclimatique quand son implantation et sa conception prennent en compte le climat et l'environnement immédiat pour réduire les besoins en chauffage, rafraichissement et éclairage. Elémentaire a priori.

 

L'implantation: le B-a Ba

Concernant l'implantation, une orientation nord-sud du bâtiment est le bon choix. Peu d'ouvertures au nord et de larges baies vitrées au sud. Pour l'imiter l'ensoleillement l'été, des brises soleil arrêteront les rayons quand le soleil est au zénith. On peut également prévoir une pergola végétalisée. En été elle protégera du soleil, en hiver, les feuilles étant tombées, elles laissera passer les rayons. Mieux, quand cela est possible, on prévoira une double peau de la maison au sud, avec une façade totalement vitrée. Cette serre sera un réservoir de chaleur pour la maison. Côté nord, moins on ouvre, mieux c'est. Le mur sera épais pour créer une bonne inertie.
Pour un confort de vie, chaque pièce doit être au bon emplacement: les chambres à l'est pour profiter du lever du soleil, ou à défaut à l'ouest. Les pièces à vivre seront à l'ouest. Les pièces fonctionnelles comme les circulations, salles de bain, toilettes ou placards seront au nord.

 

Gérer la lumière

Pour une meilleur luminosité dans le logement, les cloisons sont à oublier. On choisira de préférence des verrières ou panneaux vitrés qui permettent de séparer les espaces tout en laissant passer la lumière. Chaque détail compte. La couleur et la texture des revêtements ont un impact sur la luminosité. Les matériaux clairs et les surfaces lisses renvoient davantage de lumière que les pièces sombres et les matériaux texturés.

 

La maîtrise des flux

Troisième point clef : les flux. Ils sont de plusieurs natures: eau chaude, air chaud, air froid. Les entrées d'air de l'extérieur sont à maitriser totalement par une isolation efficace. On choisira des isolants naturels dans la mesure du possible: paille/ lin... Une seule arrivée d'air par VMC double flux, permet de réguler la température intérieure. Cette VMC peut, si le terrain le permet, être reliée à un puit canadien pour que l'air entrant soit déjà tempéré. La production d'eau chaude peut quant à elle être générée par des panneaux thermique solaires orientés au sud. Pour limiter l'utilisation d'eau, un bac de récupération d'eau de pluie doit permettre de traiter les espaces extérieurs et l'eau des WC.

Ces mesures ne sont pas couteuses mais sont parfois suffisantes pour rendre la maison quasi-autonome. Si ce n'est pas le cas, on pourra prévoir en plus un poële à bois, ou une pompe à chaleur.